L’histoire des chemins

Les Chemins vers Saint-Jacques de Compostelle en France

Jacques le Majeur est l’un des premiers apôtres du Christ – L’histoire « officielle », rapporte que le corps de l’apôtre Saint-Jacques fût découvert en ces lieux par un ermite du nom de Pélage entre 792 et 842…

Aujourd’hui, une grande partie du chemin de St Jacques est classé patrimoine mondial par l’UNESCO, et les milliers de pèlerins qui sillonnent tous les ans ces sentiers sont tous loin de le faire pour des motifs religieux, du moins en rapport direct avec l’apôtre et son éventuelle présence dans ces lieux.

A l’évidence, il n’existe pas UN mais DES Chemins qui mènent à Saint-Jacques de Compostelle en Galice (Espagne). Du fin fond de l’Europe, tels  des fleuves et leurs affluents,  des centaines de chemins convergent vers l’Espagne.

Pour beaucoup de pèlerins, le pèlerinage vers Santiago de Compostelle commence au pas de leur porte, on ne peut donc pas parler à priori d’une, deux, trois ou quatre voies. Il est cependant admis, pour faciliter la lecture, de dégager les grands axes qui se sont révélés au fil des siècles.

Si l’on omet volontairement des lieux comme le Mont Saint-Michel, Paris, ou Chartres, pour n’en citer que quelques uns, on peut donc comptabiliser 4 « grandes » voies de pèlerinage (pour Compostelle) en France :

  • La via Turonensis qui est la voie de Tours
  • La via Lemovicensis qui démarre à Vézelay
  • La via Podiensis au départ du Puy en Velay
  • La via Tolosana qui est celle du midi, avec celle de la voie d’Arles
  • La voie du Piémont, une alternative à la voir d’Arles Le Chemin du Piémont

Pour l’Espagne, si les choses paraissent plus simples au premier abord, vu que tous les chemins Français se rejoignent à Puente La Reina pour commencer le Camino Frances (le plus connu), il existe pourtant au final autant de Chemins qu’en France pour rejoindre la Galice.

%d blogueurs aiment cette page :